Texte de Christiane Laforge
lu à la présentation de Michel Côté
au Gala de l'Ordre du Bleuet, le 15 juin 2013

Le 27 juin 1950, le fils premier-né de Jeannine Belley et d’Ovila Côté a fait un pacte avec le bonheur et le succès. Toute sa vie et toute sa carrière ont été la terre féconde qui lui a donné l’un et l’autre. Nul doute que ce descendant de cultivateurs jeannois savait d’instinct que l’on récolte ce que l’on sème.

Héritiers de l’époque où les études secondaires et collégiales se donnaient au cours classique, Michel et son ami Marcel Gauthier, enfant de chœur, joueur de hockey Pee-Wee et cadet comme lui, se laissent apprivoiser par le théâtre. Michel songe peut-être à devenir criminaliste pour gagner sa vie, mais le souffle dynamique du Théâtre populaire d’Alma, qui sévit depuis 1964, révèle son indéniable talent pour la comédie. Un premier prix au Festival de Vaudreuil scelle les liens d’une complicité indéfectible entre les deux amis et incite le duo à prendre le beau risque de l’École nationale de théâtre.

Tandis que Charles Aznavour chante la Bohème, les deux Almatois la vivent à Montréal, au grand dam des parents qui s’inquiètent des dangers de la grande ville et plus encore de la précarité du métier de comédien. Jeunesse, talent et audace n’ont besoin que d’opportunité pour que surgisse la chance. Cyrano de Bergerac les réunit sur la scène avec un certain Marc Messier. Les voilà trois Mousquetaires à partager même angoisse et même rêve lorsque Michel suggère d’aménager leur propre scène. Ils créent le modeste Théâtre des voyagements qui sera la base de lancement du grand succès de leur carrière. En quête d’une idée pour une série de courtes pièces abordant une multitude de thèmes, l’annonce de la fermeture imminente des tavernes au Québec campe le décor de Broue. Des personnages débordent des plumes de plusieurs auteurs et vont détenir le record Guiness de la longévité d’une pièce de théâtre jouée par la même distribution de comédiens. Broue fait encore salle comble en cette 34e année de représentations devant plus de 3,3 millions de spectateurs.

Dès lors, Michel Côté confirme le pacte de sa naissance. D’une part, son bonheur s’accroît auprès de sa compagne, la comédienne Véronique Le Flaguais, et de ses fils Charles l’architecte et Maxime le comédien. La fibre familiale très développée, il est père affectueux et protecteur, fils généreux et fidèle à ses racines. D’autre part, le succès accompagne tout ce qu’il fait, au théâtre, à la télévision, au cinéma.

Récipiendaire des trophées Artis et Gémeaux pour Omerta, La Petite vie et T’es belle Jeanne, son rôle de père de famille dans C.R.A.Z.Y. lui vaut le Jutras et le Prix Génie du meilleur acteur. Michel Côté reçoit aussi le Prix Hommage de la Bobine d’or pour son apport au cinéma, et le Prix Jutra Billet d’or pour Cruising Bar 2. Le 16 février dernier, le prix Hommage Rideau était remis aux trois acteurs de Broue. Le 17 mars à la 15e Soirée des Jutra, on lui décerne le Prix Hommage pour l’ensemble de sa carrière.

Président de la Grande nuit du cinéma de 2005 à 2007, membre du jury du Festival international du film francophone de Namur en Belgique et au Festival des films du monde, il ne dit pas non quand il est sollicité pour la promotion de la langue française auprès des jeunes de Saint-Félicien.

S’il est très attaché à sa région, les gens de son pays sont aussi très attachés à leur comédien. C’est pour rendre hommage à sa carrière exceptionnelle que la population de sa ville natale a nommé la salle de spectacle d’Alma, Salle Michel-Côté.

«Je suis doué pour le bonheur», confie Michel en entrevue. Il le cherche, le provoque. Réputé pour sa gentillesse, il aime que chacun soit heureux sur le plateau comme à l’extérieur, il est celui qui met de l’ambiance. Même s’il reconnaît que le métier de comédien exige un égo fort, il ne veut jamais rien tenir pour acquis. Le doute est le meilleur allié de sa sensibilité.

Depuis Au clair de la lune d’André Forcier, «le film le plus marquant des premiers films que j’ai fait», signale le comédien, Michel Côté a participé à 21 longs métrages, 13 séries télévisées et 7 productions au théâtre. Certes, son quadruple rôle caméléon dans Cruising Bar demeure une prouesse mémorable, mais le père en lui a contribué à donner le ton au personnage le plus percutant qu’il ait créé, Gervais, dans le film C.R.A.Z.Y. «Michel a le don de disparaître derrière le personnage, de nous émouvoir et de nous faire rire aux larmes», confie Rémy Girard. Il a aussi cette humilité teintée d’audace pour risquer la première aventure de jeunes réalisateurs, démontrant qu’il est avant tout sensible à un scénario, à son rôle et aux qualités d’un réalisateur plutôt qu’à leur impact sur sa carrière.

En janvier 2013, Pierre Éven, président du conseil d’administration de Québec cinéma a dit : «Grand acteur qui possède un registre extraordinaire, aussi à l’aise dans le drame que dans la comédie, Michel Côté est dans une classe à part. Peu d’acteurs peuvent s’enorgueillir de remporter l’adhésion des plus sévères critiques et des cinéphiles tout en étant adulé par le public.»


Le 15 juin 2013
MICHEL CÔTÉ

Scénariste et grand acteur,
pour son exceptionnelle carrière
au théâtre, à la télévision et au cinéma

fut reçu membre de L’Ordre du Bleuet

***

lundi 13 mai 2013

Michel Côté sur vidéo au gala 2013

Quelques minutes pour se souvenir d'un grand moment

Gala 2013 de l'Ordre du Bleuet
Michel Côté



        

POURQUOI L'ORDRE DU BLEUET

L'intensité et la qualité de la vie culturelle et artistique au Saguenay-Lac-Saint-Jean est reconnue bien au-delà de nos frontières. Nos artistes, par leur talent, sont devenus les ambassadeurs d'une terre féconde où cohabitent avec succès toutes les disciplines artistiques. Cet extraordinaire héritage nous le devons à de nombreuses personnes qui ont contribué à l'éclosion, à la formation et au rayonnement de nos artistes et créateurs. La Société de l'Ordre du Bleuet a été fondée pour leurs rendre hommage.La grandeur d'une société se mesure par la diversité et la qualité de ses institutions culturelles. Mais et surtout par sa volonté à reconnaître l'excellence du parcours de ceux et celles qui en sont issus.